samedi 1 septembre 2018

Les deshérités de la mémoire




Un jeune Malien, sans papier , risquant une OQTF, hébergé par des militants à Leyr a découvert qu’une personne portant son nom est enterrée, à la nécropole nationale de Champenoux (54). Il est fort possible que cette tombe soit celle de son arrière grand-père.
Je vous livre ses mots qui se passent de commentaires.

« Bonjour,
Je m’appelle Brehima DIARRA.
Je vous remercie d’être venu vous recueillir à mon côté sur la tombe de Tiemtore DIARRA, qui est peut-être mon arrière grand-père. S’il ne l’est pas, il est de ma famille puisqu’il est originaire de ma région au Mali.
Comme 200 000 de nos compatriotes, il est venu en France en 1915, pour défendre le sol français. Il avait 24 ans. Je ne sais pas s’il était volontaire, s’il a été enrôlé de force ou s’il a été attiré par ces promesses :
La France lui assurait le versement d’une somme de 160 francs, soit environ l’équivalent de 500 euros, des médailles militaires, un certificat de bien manger, un habillement neuf et surtout la citoyenneté française une fois la guerre finie.
Tiemtoré n’aura jamais la nationalité française. Il décède sept jours après la fin de la guerre dans un hôpital de Jarville (54) des suites de ses blessures. Il est inhumé, ici, avec les honneurs militaires et la mention "mort pour la France".
En sa mémoire et celle de ses 30 000 frères d’Afrique centrale et occidentale, morts aux combats en France, je vous propose de respecter une minute de silence.

Un siècle plus tard, comme quelques centaines de compatriotes, j’ai quitté le Mali à 17 ans pour venir en France. Je voudrais ou faire des études ou suivre une formation ou encore travailler pour gagner de l’argent et vivre normalement.
Je suis monté dans un zodiac en Lybie en direction de l’Italie. J’ai cru mourir en mer quand un bateau nous a secouru et débarqué dans un port italien. J’ai pris le train sans billet, en jouant à cache-cache avec les contrôleurs. Arrivé à Paris, des amis de la rue m’ont conseillé de me diriger sur Nancy. Là, des structures d’accueil sont prévus pour les jeunes mineurs. J’ai eu 18 ans le 25 mars 2018. J’ai dû quitter le centre de Pixerècourt !
A ma sortie, j’ai été pris en charge par Joël de RESF (Réseau Ecole Sans Frontière). Aujourd’hui, j’habite à Leyr (54), chez Sylvie, Noël et Victor. Depuis plusieurs mois, j’attends une réponse de la préfecture sur ma demande d’autorisation de séjour, qui me permettrait dans l’immédiat de trouver un emploi ou une formation.
Quand la France a eu besoin de Tiemtore, il est venu.
Aujourd’hui j’ai besoin de la France, l’Etat m’acceptera-il ?
30 000 de nos aînés reposent en terre de France. Nous revendiquons leur héritage. Ne serait-il pas juste que l’Etat propose à minima à 30 000 réfugiés la nationalité française qu’elle nous doit depuis un siècle ? Pour les réfugiés de tous pays, nous demandons à l’Etat français de respecter l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme :
1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.
La reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la
famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la
liberté, de la justice et de la paix dans le monde ! »

 https://manif-est.info/+-Migrations-Sans-papiers-+.html

vendredi 29 juin 2018

LE LSUN, livret scolaire unique ou la mise en place du flicage de vos enfants

Le ministère de l’éducation nationale  numérise le« profil » des élèves, dés le CP et le CE1

Pendant que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, pontifie sur le retour de la dictée à l’École, le flicage des enfants s’intensifie. Le livret scolaire sera dématérialisé et les données centralisées au niveau national. Ce fichier pourra être mis à la disposition des maires, de la justice, du Préfet.

 

 Des évaluations nationales dès les premières semaines de CP

Le 17 mai, le ministère de l’Éducation nationale a présenté un nouveau dispositif d’évaluation pour les classes de CP et CE1. Ce projet sera finalisé au mois d’août, il est donc dans sa phase de mise au point. Dans les grandes lignes, une évaluation sera réalisée fin septembre ou début octobre pour les CP et CE1, les enseignant(e)s seront chargé(e)s de transmettre les résultats sur un portail dédié. L’interprétation des résultats sera faite au niveau académique et national, par un logiciel. La collecte de ces éléments sera consignée dans ONDE (Outil Numérique pour la Direction d’École), outil qui centralise les données personnelles des élèves.
Le but annoncé de cette évaluation est de faciliter les apprentissages des élèves, donner des repères aux enseignant(e)s pour aider les élèves à progresser, ajuster les plans nationaux et académiques de formation des enseignants dévolus dorénavant à la langue française et aux mathématiques uniquement, et proposer des ressources pertinentes.
Jusqu’aujourd’hui, la relation parent d’élève/enseignant(e) permettait de situer le travail de son enfants, ses progrès ou ses carences. Les professeur(e)s des écoles informaient les parents, au gré des évaluations faites en classe, évaluations qui étaient en majeure partie construites par eux-mêmes et présentées aux élèves quand ces derniers étaient prêts.
Les enseignants et leurs organisations syndicales s’inquiètent légitimement de la qualité d’une telle évaluation, et de leur posture et rôle en tant qu’enseignant. L’ajustement de l’enseignement, les propositions de ressources pertinentes faisaient partie de la relation interne à l’enseignement. Les suppressions de postes pénalisent le travail de terrain, les rencontres. Penser qu’un logiciel centralisé palliera l’absence humaine est un doux rêve, dangereux quand même.

Un projet discret, pour ne pas dire secret

Les parents d’élèves n’ont pas eu la moindre communication de ce projet. Après le retentissant fiasco de Parcoursup, qui laisse sur le carreau des milliers de lycéens, est-il urgent de mettre sur pied d’autres outils numériques dédiés aux 6 ou 8ans ? Quel algorithme mystérieux sera mis en place pour profiler nos enfants ? Mystère et boule de gomme.
Dés le plus jeune âge, les élèves vont être porteurs de données, qui seront la conséquence d’interprétations codifiées et centralisées. Cela constituera le socle, la base, d’un dossier scolaire, qui suivra et conditionnera le cursus de chaque enfant, l’aiguillant ainsi vers la vie active. Quelle place prendront les critères sociaux ? L’adresse, le quartier où l’on vit ? La situation des parents ? L’origine ?
Jusqu’aujourd’hui, les enseignant(e)s ont toujours eu à cœur d’accueillir les enfants de l’immigration quelque soit leur situation administrative, c’est bien par la volonté de ces professionnel(le)s que l’École intègre des enfants aux parcours multiples.
Il va être difficile de nous faire croire que la bande à Macron veuille « faciliter les apprentissages des élèves, donner des repères aux enseignant(e)s pour aider les élèves à progresser... » lorsqu’il s’agira d’enfants sans papiers ou d’enfants du voyage. Que décidera le logiciel dédié pour celles et ceux dont la vie est un chaos ?
Parcoursup ferme et bloque la porte des universités aux publics socialement défavorisés. Il fallait un logiciel à l’autre bout de la chaîne, qui propulse les jeunes vers les entonnoirs « professionnels » , dans les formations adaptées aux vœux du MEDEF. Très tôt, le social risque de déterminer le parcours.

Livret scolaire ou fichier ?

Un livret scolaire unique numérique (LSUN) est constitué, dés le CP, et ce jusqu’à la troisième. Au lycée, c’est le livret scolaire du lycée (LSL). Selon la FCPE 75 , ce livret est constitué de données très sensibles. Toutes les étapes de la scolarité sont parties intégrantes du système ONDE, outil de gestion des données de l’ensemble des élèves d’un établissement. On retrouve ainsi, entre LSUN et ONDE, les éléments suivants :
  • le niveau de maîtrise du socle commun,
  • les bulletins périodiques des élèves pour chacune des classes,
  • les bilans de fin de cycles,
  • les attestations obtenues (sécurité routière, savoir-nager, formation aux premiers secours…),
  • des éléments relatifs à la vie scolaire (absences, retards, comportement),
  • des éléments de suivi des élèves en difficulté ou à besoins particuliers : le Programme personnalisé de réussite scolaire (PPRE), pour les difficultés scolaires ponctuelles, le recours au Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficultés (RASED), les Unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants (UPE2A), les Unités d’inclusion scolaire (ULIS), le Projet personnalisé de scolarisation (PPS), le Projet d’accompagnement personnalisé (PAP) coordonné par le médecin scolaire, le Projet d’accueil individualisé (PAI).



Vous avez dit confidentiel ?

A terme, le dossier scolaire sera complètement dématérialisé, il ne voyagera plus dans le cartable de l’enfant, à la place les parents recevront un identifiant. Le ministère assure que l’accès à ce dossier ne sera consultable que 8 à 10 mois après la fin des études. Que devient-il après ?
La DEPP, Direction de l’Évaluation, des Prospectives et des Performances, qui est en fait le service statistique du ministère de l’Éducation, garantit l’anonymat du dossier scolaire. Un numéro est connecté au nom de l’élève, qui est le seul élément visible lorsque les données circulent. La DEPP assure avoir l’expérience de ce type d’anonymisation et en garantit la fiabilité. On est prié d’y croire.
C’est un secret de polichinelle, les données personnelles une fois dématérialisées sont techniquement transférables, quelque soit la déclaration d’intention des concepteurs. Les compétences de nos enfants, leurs comportements, leurs lieux de naissance, leurs parcours sociaux sont des données qui intéressent les assureurs, les écoles privées et autres camelots.
Le ministère de l’Éducation nationale constitue une banque de données centralisée et transférable. Ces données sont collectées sur la vie privée d’une population en devenir.
Petite nuance ! Le livret scolaire n’est plus une pièce à disposition de la famille, c’est la propriété de l’État. Du CP à Parcoursup, vous êtes informé de ce que peut faire votre enfant. Ce qu’il veut, ce que vous voulez pour lui, n’entre plus en ligne de compte. Évaluations, affectations seront décidées par un logiciel.

Un casier scolaire

Le CNRBE, Collectif National de Résistance à Base Élèves (nouvellement ONDE), alerte sur les utilisations possibles du LSUN, ce véritable fichier attaché à la personne :
« Couplé aux bases élèves du 1er et du 2d degré, le LSUN constituera un puissant outil de contrôle social. Les données enregistrées dans les fichiers scolaires sont en effet accessibles sur simple demande aux maires, à la police et à la justice sous couvert du « secret professionnel partagé » (...), aux préfets (...) et potentiellement à toutes les administrations par interconnexion de fichiers. »



Vous et vos enfants pensez n’avoir rien à vous reprocher ?
C’est aussi ce que croyait Arnaud, lycéen en terminale S, arrivé seul du Rwanda à 14 ans. Alors qu’il suivait une scolarité sans histoire et que sa famille d’accueil s’apprêtait à l’adopter, ce mineur isolé s’est vu refuser en mai dernier, à sa majorité, un titre de séjour, et a reçu à la place une obligation de quitter le territoire, en raison d’une simple « absence de motivation » notée quelques mois plus tôt au bas de son bulletin scolaire (prouvant, selon la préfecture, qu’il n’était pas motivé pour s’intégrer en France) ! On se souviendra également qu’il avait fallu en 2009 une intervention de la HALDE à Paris, pour corriger une différence de traitement entre enfants scolarisés dans le secteur public et le secteur privé via Affelnet post 3ème…

Refuser ce flicage et remettre de l’Humain dans l’enseignement

Livret ouvrier, livret des gens du voyages, carte de circulationS, statut d’indigène ou de colon, refus du droit de vote des femmes, couvre-feu pour les indigènes d’Afrique du nord, refus de l’autonomie financière des femmes (jusqu’en 1963), notion de chef de famille, fichier STIC (système de traitement des infractions constatées)... L’État a toujours su exacerber les différences, pour empêcher l’unité. Fabriquer administrativement des gens différents dans leurs droits, étouffer leurs aspirations, classer tout un chacun(e) dans une méritocratie fabriquée de toutes pièces.
Ce projet imminent ne suscite pas d’opposition de masse, et pour cause, trop peu d’informations circulent à ce sujet. Le ministre Blanquer communique sur le retour de la dictée, sur le fait qu’un bon plombier gagne mieux qu’un prof de philo, qu’il faut recentrer sur lire-écrire-compter, rien n’est dit sur la constitution d’un fichier monstrueux, véritable outil de police sociale.
Si aucun débat, aucune initiative ne sont de mise à la rentrée, la notion d’École publique pour le bien-être de toutes et tous va nous échapper... L’École est un levier d’émancipation. On doit pouvoir étudier la philosophie, les langues, les maths parce que l’envie nous pousse. Nous devons refuser qu’un logiciel limite les ambitions, les rêves des générations à venir. Ce sinistre projet ne peut être le problème des seul(e)s enseignant(e)s, les parents d’élèves doivent signifier leur opposition au flicage de leurs enfants, et intervenir auprès et avec les personnels de l’Éducation nationale.
L’Éducation nationale, à tous niveaux, souffre de manque de moyens, de classes surchargées, d’un manque de personnel criant. Au lieu de pontifier sur la dictée, et sous-traiter la pénurie à des logiciels, il faut remettre de l’Humain dans l’enseignement. Hugo disait déjà en 1840 :
« Les maîtres d’école sont des jardiniers en intelligences humaines. »



Michel Ancé
parent d'élève

https://larotative.info/livret-scolaire-numerique-ou-le-2850.html


Pour en savoir plus :



https://retraitbaseeleves.wordpress.com/2016/10/09/face-cachee-livret-scolaire-unique-numerique/








dimanche 13 mai 2018

Danger ! Promotion




Lettre de réclamation à SONY


 Résultat de recherche d'images pour "arnaque"




J’ai acheté un auto radio Sony, chez Norauto courant avril, profitant de votre opération « Jusqu’à 50 € remboursés ».
Chapeau bas ! Votre affichage de 30 par 30 cm, m’offrant 10€ a retenu mon attention, votre farce commerciale a fonctionné. J’ai donné en plein dans le panneau !
Je n’ai su qu’après avoir payé, en vérifiant ma facture, que cette réduction aurait lieu plus tard, du moins le pensais-je. Bien sur je n’ai pas lu les petits caractères usuels des arnaques légales à destination des imbéciles dont je suis. J’ai donc, naïvement, retourné ma facture d’achat pour bénéficier de la mirifique réduction.
En retour, votre courrier du 2 mai m’informe que :
- je devais en préalable m’inscrire en ligne sur le site de l’opération, puis retourner le formulaire d’inscription avec le numéro de participation.
- je devais joindre le numéro de série original, à découper sur l’emballage (sans doute Norauto vend de faux Sony, et il faut trier)
-je devais joindre aussi le code barre original, (à découper) qui commence par S, et poursuit par 4548 ou 3355. Bref, je devais donc vous renseigner sur vos emballages et vos produits, car la facture du magasin ne suffisait pas.
- Vous m’invitez à « régulariser » (pas moins) ma demande, dans les dix jours. Ce qui implique donc que fournir un ticket de caisse ou une facture n’est pas une preuve d’achat, régulière, à vos yeux, alors que les tribunaux de commerces, services de contentieux et autres amateurs parlent de pièce comptable.

Élément positif, votre offre promotionnelle n’oblige pas à un test ADN, une empreinte retienne, un électro encéphalogramme ou un toucher rectal, ce qui est d’une grande courtoisie et d’une onctuosité commerciale sans pareille.

Je m’assoie donc sur mes 10€, sans doute pour conforter les 5,25 milliards d’euros de profit du groupe Sony, mais je vais envoyer cette lettre à mes contacts mails (environ 500) leur conseillant fortement de ne pas acheter de produit Sony, et de relayer cette information. Je la posterai également sur mon blog qui alimente une chronique dans des médias alternatifs, où je ne manquerai pas d’évoquer vos lamentables pitreries de tire-gousset. Enfin, je n’oublierai pas d’informer les réseaux sociaux de vos pratiques de camelots de foire.

J’envoie aussi ce courrier à plusieurs associations de consommateurs, et je tente également quelques courriers des lecteurs auprès de certains journaux. J’espère ainsi participer à votre communication
En souhaitant un plein succès à vos carambouilles de pieds nickelés, je vous assure respectueusement de ne plus jamais faire partie de vos clients. Un double de ce courrier est adressé également à a Direction de Norauto où je ne mettrai plus les pieds

Michel ANCE


Bingo !!!!! En Septembre, apres 5 mois,  Sony m'envoie un chèque de dix Euros., expédié par le service "hors délais"  (sic)...comme quoi il bon d'être patient